LES RUINES ROMANTIQUES LES PLUS CÉLÈBRES AU MONDE

Château de Heidelberg

Château de Heidelberg, vue aérienne; l'image: Staatliche Schlösser und Gärten Baden-Württemberg, Achim Mende
LES RUINES ROMANTIQUES LES PLUS CÉLÈBRES AU MONDE

CHâTeAu de HeIdeLBeRG

Les impressionnantes ruines du château de Heidelberg (Schloss Heidelberg) attirent chaque année près d’un million de visiteurs du monde entier. depuis le début du XIXe siècle, elles sont un symbole du romantisme.

Heidelberg Palace, visitors in the palace, Château de Heidelberg, Visiteurs dans le château; l'image: Staatliche Schlösser und Gärten Baden-Württemberg, Niels Schubert

Une perle de la Renaissance allemande : l’aile d’Ottheinrich

Plus imposante situation n’est pas concevable : les ruines du château en grès rouge de la vallée du Neckar se dressent sur le versant nord du Königstuhl au beau milieu des forêts. Sa silhouette domine le paysage de la vielle ville de Heidelberg.

L’histoire brillante et mouvementée du château de Heidelberg commence lorsque les comtes palatins du Rhin et plus tard, les princes-électeurs, installent leur résidence à Heidelberg. On parle de château pour la première fois en 1225. Très vite, il devient le siège de la souveraineté le plus prestigieux de la Renaissance.

 

Château de Heidelberg, Vue de l'Château; l'image: Staatliche Schlösser und Gärten Baden-Württemberg, Achim Mende

Les ancêtres des princes-électeurs palatins trônent majestueusement sur l’aile de Friedrich.

ARChITECTURE GRANDIOSE DE LA RENAISSANCE

Jusqu’à la guerre de Trente Ans, le château de Heidelberg abrite l’une des cours les plus importantes du royaume. Grâce aux travaux intenses commandés par les princes-électeurs, le château devient un bâtiment fortifié et prestigieux : salles vitrées, aile d’Ottheinrich, aile de Friedrich et aile anglaise. Toutes sont des créations architecturales grandioses de la Renaissance. Les larges façades du château donnent à la cour intérieure un cadre festif et majestueux.

DESTRUCTION PAR LA GUERRE ET LES ÉLÉMENTS NATURELS

À la fin du XVIIIe siècle, le château a été détruit plusieurs fois par les Français lors de la guerre de succession du Palatinat. Le « Heidelberger Schlossbeleuchtung » met en scène la destruction du château occasionnée par cette guerre dans un feu d’artifice exceptionnel. Après des tentatives de restauration sommaires, le château a été gravement endommagé en 1764 par les éléments naturels : le château a été touché par la foudre à deux reprises. La résidence s’est envolée en fumée pour ne laisser que des ruines.

 

Château de Heidelberg, la Statue ; l'image: Staatliche Schlösser und Gärten Baden-Württemberg, Mike Niederauer
Heidelberg Palace, visitors in the palace, Château de Heidelberg, Visiteurs dans le château; l'image: Staatliche Schlösser und Gärten Baden-Württemberg, Niels Schubert

De nombreuses statues ornent le château palatin – ici, une sculpture du prince-électeur Friedrich IV.

Château de Heidelberg, visiteurs dans le Friedrichsbau; l'image: Staatliche Schlösser und Gärten Baden-Württemberg, Niels Schubert

Au XIXe siècle, l'aile de Friedrich avec ses plafonds en stuc et les portails en bois et en grès ont été rénovés.

ChâTEAU ET jARDIN – MyThE ET ROMANTISME

Au XIXe siècle, les ruines du château deviennent l’incarnation du romantisme et un monument national. un mythe s’est répandu autour de cet impressionnant bâtiment qui domine la ville et ses jardins. Cet « Hortus Palatinus » constitue par ailleurs le dernier projet de construction des princes-électeurs qui n’a jamais été terminé. des terrasses artificielles et des fragments de l’aménagement de jardin sont les témoins actuels de ce projet ambitieux considéré au XVIIe siècle comme la « huitième merveille du monde ». La fascination suscitée par le château de Heidelberg est encore intacte aujourd’hui.
 

LE RENDEZ-VOUS NOSTALGIQUE DES ROMANTIQUES

Niché dans un paysage pittoresque, le château de Heidelberg dégage en toute saison une grande poésie. Ses terrasses offrent une vue à couper le souffle sur la ville traversée par le Neckar. Le prestige passé de cette résidence de rang européen plane encore sur ses imposants vestiges. On imagine sans peine qu’il soit devenu le symbole de la guerre et du temps qui passe à l’époque du romantisme allemand au XIXe siècle. Ici, château et fortifications ne font qu’un : les casemates et les immenses tours témoignent du caractère défensif de la résidence. Tout autour de la cour intérieure s’élèvent les façades de somptueux palais, décorées de sculptures exceptionnelles.
Le bâtiment Ottheinrich compte parmi les édifices Renaissance majeurs au nord des Alpes. Ses nombreux aménagements depuis le XIVe siècle sont dus à l’ascension politique des comtes palatins du Rhin au rang de princes-électeurs.
Les vastes terrasses du Hortus Palatinus, qui était en son temps l’un des plus célèbres parcs Renaissance du monde, valent également le détour. Sans oublier le Grosses Fass, grand tonneau légendaire qui trône dans les caves du château, et le musée allemand de la pharmacie.